S'abonner à l'émission jeudi 16 mai 2024 Art-thérapie Durée 3 min

Après la souffrance, le geyser de la joie !

Il y a dans certains bouquins de belles phrases clés qui tout à coup vous sonnent lesclochettes du coeur et résonnent en vous comme une évidence. Ça a été le cas pourmoi avec cette phrase d’Alexandre jardin sur la gaieté de son père : « Cette gaietéqu’irradie les grands désespérés, cette joie qui nait de la fréquentation des chagrinsinsondables ». C’est tellement fort ! Du mal le plus profond peut naître une joiedémesurément belle. C’est si juste cette connexion paradoxale entre la souffrance etla joie. Des abîmes creusés en nous par la souffrance peuvent jaillir des geysers dejoie lumineuse et chaude ! Si l’on est rarement joyeux au moment même où notresouffrance est la plus aigüe, les douleurs, les chagrins, les bosses, les blessures, lescoups, les peines, les deuils, les abandons, creusent indéniablement en nous desespaces abyssales, porteurs plus tard d’une fécondité inversement proportionnelle.Faut-il pour autant avoir nécessairement souffert pour être joyeux ? Faut-il avoir étécogné, abîmé, abandonné et repoussé pour être habité d’une joie irradiante etcontagieuse ? Et nous voilà bien en face du processus art-thérapeutique : allerchercher en nous les souffrances les plus odieuses, les tracter jusqu’à la lumière, eten extraire le nectar c’est-à-dire la joie, cette joie mêlée de fierté d’avoir traversé lepire, la joie d’être des conquérants, des rescapés, des survivants. Prenons une olive,nous, pressons-la, c’est la souffrance, et voilà l’huile, qui est la joie. Suivre unethérapie c’est faire la démarche volontaire et courageuse de regarder ses douleursintimes pour extraire d’elles cette joie sans prix. C’est muer le mal en joie, dechrysalides en chrysalides, pour élargir ses ailes à des horizons toujours plus larges !

Après la souffrance, le geyser de la joie  !
Il y a dans certains bouquins de belles phrases clés qui tout à coup vous sonnent lesclochettes du coeur et résonnent en vous comme une évidence. Ça a été le cas pourmoi avec cette phrase d’Alexandre jardin sur la gaieté de son père  : «  Cette gaietéqu’irradie les grands désespérés, cette joie qui nait de la fréquentation des chagrinsinsondables  ». C’est tellement fort  ! Du mal le plus profond peut naître une joiedémesurément belle. C’est si juste cette connexion paradoxale entre la souffrance etla joie. Des abîmes creusés en nous par la souffrance peuvent jaillir des geysers dejoie lumineuse et chaude  ! Si l’on est rarement joyeux au moment même où notresouffrance est la plus aigüe, les douleurs, les chagrins, les bosses, les blessures, lescoups, les peines, les deuils, les abandons, creusent indéniablement en nous desespaces abyssales, porteurs plus tard d’une fécondité inversement proportionnelle.Faut-il pour autant avoir nécessairement souffert pour être joyeux  ? Faut-il avoir étécogné, abîmé, abandonné et repoussé pour être habité d’une joie irradiante etcontagieuse  ? Et nous voilà bien en face du processus art-thérapeutique  : allerchercher en nous les souffrances les plus odieuses, les tracter jusqu’à la lumière, eten extraire le nectar c’est-à-dire la joie, cette joie mêlée de fierté d’avoir traversé lepire, la joie d’être des conquérants, des rescapés, des survivants. Prenons une olive,nous, pressons-la, c’est la souffrance, et voilà l’huile, qui est la joie. Suivre unethérapie c’est faire la démarche volontaire et courageuse de regarder ses douleursintimes pour extraire d’elles cette joie sans prix. C’est muer le mal en joie, dechrysalides en chrysalides, pour élargir ses ailes à des horizons toujours plus larges  !
Partager
  • Copier ce code (Ctrl+C) pour l'intégrer dans votre page :

Commander sur CD
Une émission présentée par
Présentatrice

Réagir à cette émission Cliquez ici

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Propositions

jeudi 9 mai 2024

L’art-thérapie, un cadre de rêve !

Le cadre thérapeutique, c’est l’ensemble des conditions, des règles, psychologiques etorganisationnelles, ajustées aux besoins des patients, et annoncées explicitement par (...)
Écouter
Partager
jeudi 2 mai 2024

Un max d’adaptabilité !

En atelier d’art-thérapie, mon outil de prédilection est la chanson, qui vient toucher lamémoire, convoquer des souvenirs, réveiller des émotions. Je choisis le répertoire (...)
Écouter
Partager
jeudi 25 avril 2024

La belle souplesse !

Sommes-nous souples ? Agiles, élastiques, flexibles ? Bien sûr on parle de lasouplesse corporelle, articulaire et musculaire, de notre capacité à accomplir desmouvements larges et amples sans que ça coince, tire, craque ou grince ! On (...)
Écouter
Partager
jeudi 18 avril 2024

L’acceptation-attitude...

L’acceptation, tout un programme en ce bas monde n’est ce pas ? Autant il est facileet naturel de consentir à l’amour, à la beauté et à chacun des évènementsjoyeusement doux de nos vies, de recevoir le soleil en pleine face et d’accueillir (...)
Écouter
Partager
jeudi 11 avril 2024

Vivons perchés !

Vous connaissez Andreas Wenning, ce menuisier architecte spécialisé dans la conception de maisons atypiques perchées dans les arbres à 11 ou 12 mètres du sol ? Fabuleux ces cabanes fondues dans l’environnement ! De la petite cabane de 4m2 (...)
Écouter
Partager
jeudi 4 avril 2024

Source et re-source, ou l’art de ressusciter !

La source, la ressource, je les aime bien ces 2 mots tout en Hou farcis de S quisonnent et qui sifflent. Avec eux nous viennent des images bucoliques de nature,d’eau douce (...)
Écouter
Partager
Soutenir par un don